EN

Plateforme: Rapprocher les membres d’une communauté par le biais de l’art et de la culture

Date et heure
Mercredi 20 novembre 2019

Plateforme: Rapprocher les membres d’une communauté par le biais de l’art et de la culture

Pour l’enrichissement de l’expérience des visiteurs

Amorcée par les membres de la Fondation Phi, Plateforme est une initiative ayant pour objectif d’échanger et de mettre en valeur les aptitudes multidisciplinaires de son équipe afin d’offrir à ses publics une expérience de visite qui répond aux attentes et aux désirs singuliers de chacun. Une réflexion approfondie sur le champ de la médiation culturelle a alors été entamée au sein de l’organisme dont le mandat principal est de faire découvrir l’univers de l’art contemporain aux publics montréalais. 

La Fondation Phi préconise une approche inclusive fondée sur des échanges conviviaux visant la spontanéité et le respect. En effet, les éducateurs proposent entre autres des visites sous forme de dialogues qui suivent certaines orientations tout en offrant aux visiteurs la liberté de se prononcer sur des thématiques de leur choix afin d’ouvrir la discussion vers de nouvelles directions. Dans le même ordre d’idée, une complicité s’est développée à l’interne entre l’équipe de l’éducation et de l’engagement public et celle de l’expérience du visiteur, notamment par le biais d’échanges productifs et fréquents, afin que chacun puisse s’enrichir de l’autre et, par le fait même, nourrir la rencontre avec les publics. Les recherches menées par l’équipe de l’éducation et de l’engagement public pour le développement des différents contenus sont également profitables à ceux qui travaillent dans les salles d’expositions lorsqu’ils s’entretiennent avec les visiteurs. À l’inverse, la présence constante en galerie permet aux agents de sécurité et au personnel de l’équipe de l’expérience du visiteur de connaître les publics de l’organisme et, par conséquent, de maintenir la pertinence des divers contenus et activités proposés par les éducateurs. Ce partage de connaissances et d’expériences offre ainsi l’occasion à la Fondation d’appuyer son discours sur un ensemble d’idées, d’opinions, d’émotions et d’impressions qui proviennent à la fois de ses équipes et du grand public. Somme toute, Plateforme mise sur les interactions et l’implication de tous. Les nombreux échanges ont été utiles à la formation d'une communauté fusionnelle, consciente et soucieuse, dont la diversité d’aptitudes de ses membres crée une grande richesse.

Par ailleurs, comme cette initiative est également l’occasion de donner la possibilité à plusieurs voix et expériences d’être exprimées, Plateforme propose un forum de discussions aux employés de l’expérience du visiteur et aux agents de sécurité. Ils sont invités à réaliser des projets de recherche-création autour des expositions et des activités de la Fondation Phi, ou encore à contribuer au développement de contenus destinés à être diffusés sur le site Web. Chaque membre de l’équipe a la possibilité d’effectuer des recherches personnalisées afin de saisir et de présenter les propos des artistes sous plusieurs angles ou encore de mettre en valeur certaines thématiques traitées au sein de l’organisme. Le personnel de la Fondation inclut un ensemble de personnes dont les champs de compétences sont diversifiés. Effectivement, le département de l’expérience du visiteur est composé d’individus appartenant à diverses sphères des arts, soit des historiens de l’art, des performeurs, des muséologues, des artistes, etc. Les pratiques et les connaissances distinctes de chacun permettent donc à l’équipe de s’approprier les contenus selon une multitude de visions et ainsi, de répondre aux différentes perceptions et interprétations des visiteurs en galerie. 

L’art contemporain est une forme d’expression artistique particulière qui active l’imaginaire. C’est une pratique qui laisse place à une infinité de discours, offrant de multiples possibilités aux regardeurs. Les établissements culturels tels que la Fondation Phi sont des lieux de rassemblement, des plateformes sociales où il est permis d’extérioriser sa pensée créative, quelle qu’elle soit. Ce sont des endroits qui jouent un rôle déterminant dans notre monde, puisqu’ils tentent d’offrir la parole non seulement aux artistes, mais à tous. Cette idée d’inclusion et d’accessibilité qui émane des musées, des galeries et des institutions qui se consacrent notamment à la diffusion d’un patrimoine artistique et culturel est une conception contemporaine qui s’est développée au fil des époques, mais qui est toujours en évolution. Le milieu est effectivement beaucoup plus démocratique qu’au temps des premiers musées, soit les mouseions de l’Antiquité grecque ou encore les Salons artistiques en Europe au 17 siècle, où l’accès était exclusif à l’élite, c’est-à-dire aux membres des classes intellectuelles et sociales supérieures. Aujourd’hui, étant conscients de l’apport positif ainsi que du potentiel de la culture et de l’art dans la société, plusieurs établissements s’efforcent d’ouvrir leurs portes au plus grand nombre en suggérant des projets bénéfiques à un ensemble hétérogène de visiteurs. Néanmoins, bien que présentement plusieurs acteurs se sentent concernés par la démocratisation de l’art contemporain, le passé des milieux artistiques, caractérisés notamment par l’exclusivité, réside dans la pensée collective des sociétés actuelles. Effectivement, l’art contemporain est encore critiqué et considéré difficile d’accès par le grand public, alors qu’une association de l’art à l’élite sociale et intellectuelle persiste.  

Plateforme est finalement l’occasion de répondre à cette critique, puis de montrer que l’art contemporain peut être rassembleur et permet aux idées, même les plus absurdes, d’être partagées sans restriction et sans honte. Ce projet permet à la Fondation Phi de s’investir davantage au sein de sa communauté et d’inscrire ses activités dans une visée actualisée au monde contemporain privilégiant le partage, les interactions, l’empathie et l’intégration. Ce mouvement qui aspire à la démocratisation des pratiques artistiques apparaît de plus en plus aujourd’hui dans l’espace culturel où plusieurs acteurs se penchent sur cette question et posent des actions concrètes en faveur de cette idée. Entre autres, la direction de la médiation et de la programmation culturelle au Musée du Louvre a récemment conçu en collaboration avec plusieurs chercheurs de l’Université du Québec à Montréal, spécialistes de la médiation culturelle et de la muséologie, un modèle qui permet de rafraîchir le regard que l’on pose sur les visiteurs des musées. En effet, dans la même visée que la Fondation Phi, le Musée du Louvre avait le désir de rassembler et de former son équipe dans l’optique d’offrir une expérience optimale de visite à ses publics, soit par l’entremise d’une médiation réfléchie et adaptée au monde actuel.

Bref, la société est composée d’une variété d’individus, d’idées et d’opinions qui ont leur place au sein d’établissements culturels comme la Fondation Phi. Ainsi, plusieurs projets ciblant l’inclusion à travers de nouvelles pratiques de médiation culturelle voient le jour et tendent à rendre accessible le milieu de l’art encore trop hiérarchisé. C’est en préconisant ces intentions et en les mettant en pratique, tel qu’avec Plateforme, que l’on apercevra concrètement des retombées démocratiques.

À propos de l'auteure

Sarah Turcotte est candidate au doctorat en muséologie, médiation, patrimoine à l’Université du Québec à Montréal. Lors de sa maîtrise en muséologie, elle a mené une étude sur les usages des environnements numériques dans les dispositifs de médiation de l’art contemporain qui lui a permis d’être finaliste pour le prix Roland-Arpin 2019. Sarah poursuit actuellement ses réflexions en vue d’examiner la contribution des technologies numériques dans la construction d’une cohésion sociale et dans l’optique de démocratisation. Elle souhaite comprendre et analyser les relations que les musées d’art du 21e siècle entretiennent avec leur communauté et avec les différents acteurs de la société. Ses intérêts portent donc sur l’accessibilité du milieu artistique par le biais de stratégies pédagogiques, de la médiation culturelle, des communications et des technologies numériques. Parallèlement, Sarah fait partie de l’équipe de l’expérience du visiteur à la Fondation Phi pour l’art contemporain et travaille en continu sur plusieurs projets au sein du Groupe de recherche sur l’éducation et les musées, dirigé par Anik Meunier, ainsi qu’avec son directeur de thèse, Jean-Marie Lafortune, au Laboratoire de recherche sur les publics de la culture.

Photos: Martine Lavoie

Articles reliés

Maxims

L’exposition Everything That You Desire and Nothing That You Fear de Jasmina Cibic aborde les thèmes de la formation et de l’instrumentalisation de l’identité nationale par l’esthétique et la «force de persuasion» (soft power), à travers une
Lire la suite

Les histoires du bed-in à Montréal illustrées

À propos de l’auteure Youloune est une illustratrice française qui vit à Montréal. Elle dessine comme elle tire un fil d’une bobine pour en faire apparaître des silhouettes et des histoires. Diplômée en Illustration et en Design Textile à Paris, elle compte de
Lire la suite

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs obligatoires