EN

Chroniques d’une disparition

Omer Fast, Teresa Margolles, Philippe Parreno, Taryn Simon, José Toirac
Du 19 janv. 2012 au 13 mai 2012
Commissaire
John Zeppetelli
Artistes
Omer Fast, Teresa Margolles, Philippe Parreno, Taryn Simon, José Toirac
À propos de l’exposition

DHC/ART Fondation pour l’art contemporain est heureuse de présenter Chroniques d’une disparition, une exposition collective thématique qui réunit des œuvres majeures réalisées par cinq artistes de provenance et de réputation internationales: Omer Fast, Teresa Margolles, Philippe Parreno, Taryn Simon et José Toirac. L’exposition explore différentes notions de disparition articulées autour des sphères personnelle, sociale et politique. Toutes les œuvres mettent en scène le deuil, l’absence et la perte, et les conceptualisent dans des récits associatifs denses qui dévoilent le caché et l’inaccessible, ou ce que l’on soustrait au regard.

Filmée en 70 mm et transposée numériquement sur un très grand écran, June 8, 1968 (2009), cette obsédante et somptueuse installation filmique de sept minutes signée Philippe Parreno, reconstitue le voyage en train le 8 juin 1968, de New York à Washington, du cercueil dans lequel reposait la dépouille du sénateur assassiné Robert Kennedy. Le film se compose littéralement d’une série de travellings réalisés du point de vue du train et de la dépouille qu’il transporte. L’immense projection crée une équivalence d’échelle entre le public en train de regarder la foule endeuillée et silencieuse qui longe la voie ferrée, et cette foule qui, en retour, regarde le public.

Lire la suite

DHC/ART Fondation pour l’art contemporain est heureuse de présenter Chroniques d’une disparition, une exposition collective thématique qui réunit des œuvres majeures réalisées par cinq artistes de provenance et de réputation internationales: Omer Fast, Teresa Margolles, Philippe Parreno, Taryn Simon et José Toirac. L’exposition explore différentes notions de disparition articulées autour des sphères personnelle, sociale et politique. Toutes les œuvres mettent en scène le deuil, l’absence et la perte, et les conceptualisent dans des récits associatifs denses qui dévoilent le caché et l’inaccessible, ou ce que l’on soustrait au regard.

Filmée en 70 mm et transposée numériquement sur un très grand écran, June 8, 1968 (2009), cette obsédante et somptueuse installation filmique de sept minutes signée Philippe Parreno, reconstitue le voyage en train le 8 juin 1968, de New York à Washington, du cercueil dans lequel reposait la dépouille du sénateur assassiné Robert Kennedy. Le film se compose littéralement d’une série de travellings réalisés du point de vue du train et de la dépouille qu’il transporte. L’immense projection crée une équivalence d’échelle entre le public en train de regarder la foule endeuillée et silencieuse qui longe la voie ferrée, et cette foule qui, en retour, regarde le public.

An American Index of the Hidden and Unfamiliar (2007), l’inventaire photographique magistral de Taryn Simon sur ce qu’on ne peut pas ou ne se permet pas de voir dans les domaines de la science, du gouvernement, de la sécurité et de la nature, révèle ce qui constitue les fondements du fonctionnement et de la mythologie aux États-Unis. Avec leur composition formelle et leur éclairage précis, ces photographies d’objets normalement inatteignables ou d’endroits inaccessibles s’accompagnent de textes spécifiques qui les mettent en contexte. Avec une grande acuité analytique, ce travail expose ultimement, dans des déclinaisons fortes et troublantes, ce qui est à la base de la société américaine.

Le film 5000 Feet is the Best (2011) de l’artiste Omer Fast s’appuie sur des interviews avec un opérateur américain de Predator, un drone de l’armée de l’air américaine; celui-ci décrit des incidents au cours desquels des militants et des civils ont été victimes de tirs au Pakistan et en Afghanistan, et évoque les profondes blessures psychologiques qui en ont découlé. Le film est un mélange brillant de faits et de fiction, qui fait voir certains aspects techniques du travail tout en offrant des digressions narratives fascinantes. Avec sa structure presque circulaire, l’œuvre revient toujours au noyau central des interviews avec un pilote à la fois réel et fictif. Dans ce qui ressemble de manière alarmante à un jeu vidéo, le pilote peut être basé à Las Vegas et diriger des drones meurtriers à mi-chemin du bout du monde. Tels sont les bouleversements de la guerre moderne.

L’œuvre conceptuelle à un seul écran de l’artiste cubain José Toirac, Opus (2005), présente un discours réaménagé du leader controversé Fidel Castro, de plus en plus discret depuis sa retraite en 2008, où tout, sauf les nombres, a été effacé de la bande sonore. Ces déclarations emportées sur les nombres, empreintes d’envolées rhétoriques, se présentent comme une litanie sans fin dont les représentations visuelles d’un blanc éclatant apparaissent sur un écran noir. L’artiste réduit les divagations de Castro en quantifications incompréhensibles de gains, de pertes ou de prévisions, réduisant ainsi la politique à une spirale infinie et à des faux-fuyants.

Plancha (2010) de l’artiste mexicaine Teresa Margolles est, à première vue, une sculpture minimaliste apparemment innocente, mais elle peut livrer un puissant impact émotionnel par son utilisation dérangeante de substances corporelles et par son évocation d’événements très traumatisants. De l’eau tombe goutte à goutte du plafond pour frapper des surfaces métalliques chauffées et s’évaporer immédiatement. Provenant d’une morgue de Mexico où l’artiste a travaillé, cette eau sert à nettoyer les cadavres, dont probablement ceux de victimes de meurtres, alors que les plaques d’acier rappellent une table d’opération. À l’aide de quelques éléments concrets, Margolles réussit à reconstituer brillamment non seulement le corps humain après la mort, mais aussi et surtout le passage final de la présence à l’absence.

June 8, 1968, l’œuvre de Philippe Parreno, est présentée avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle du Consulat général de France à Québec.

Biographies

Omer Fast
Né en 1972 à Jérusalem, en Israël. Vit et travaille à Berlin, en Allemagne. Lauréat en 2009 du prestigieux Nationalgalerie Prize for Young Art, à Berlin. Il a présenté Nostalgia au Whitney Museum of American Art, à New York en 2009, et 5000 Feet is the Best, à la 54e Biennale de Venise en 2011.

Teresa Margolles
Née en 1963 à Culiacán, Sinaloa, au Mexique. Vit et travaille à Mexico, au Mexique. Teresa Margolles. Muerte sin fin, a éte présentée au Museum für Moderne Kunst, Frankfurt am Main, Allemagne (2004); 127 cuerpos, au Kunstverein für die Rheinlande und Westfalen, Düsseldorf, Allemagne (2006); Decalogo, au Museo Experimental, El ECO, Mexico, Mexique (2007); Frontera a été présentée au Museion, à Bolzano, en Italie et à la Kunsthalle Fridericianum, Cassel, en Allemagne (2011). Elle a représenté le Mexique à la 53e Biennale de Venise en 2009.

Philippe Parreno
Né en 1964 à Oran, en Algérie. Vit et travaille à Paris, en France. Entre autres expositions individuelles: Serpentine Gallery, Londres (2010), Irish Museum of Modern Art, Dublin (2009), et Centre Pompidou, Paris (2009). Il a coréalisé le film Zidane: A 21st Century Portrait avec Douglas Gordon.

Taryn Simon
Née en 1975 à New York. Entre autres expositions individuelles: Tate Modern, Londres (2011), Neue Nationalgalerie, Berlin (2011), Whitney Museum of American Art, New York (2007), Museum für Moderne Kunst, Francfort (2008), Kunst-Werke Institute for Contemporary Art, Berlin (2004), et P.S.1 Contemporary Art Center, New York (2003). En 2011, son travail faisait partie de la 54e Biennale de Venise.

José Toirac
Né en 1966 à Guantánamo, à Cuba. Vit et travaille à La Havane, à Cuba. Parmi les expositions auxquelles il a participé, mentionnons The American Effect au Whitney Museum of American Art à New York (2003), la 7e Biennale de Gwangju (2008) en Corée, et ¡Cuba! Art et histoire de 1868 à nos jours au Musée des beaux-arts de Montréal (2008).

Programme éducatif
Images
Vidéos reliées
Articles reliés

Le Happening du Surveillant: discussion autour de cet œil sans visage

Lors du Happening du mercredi 9 mai, l’artiste Emmanuelle Léonard a présenté un montage des images sélectionnées par les participants à l’atelier Par les yeux du Surveillant. Ces images, captées à partir des caméras de surveillance de la
Lire la suite

Dernière visite dans Chroniques d’une disparition: réflexions autour du champ magnétique terrestre et des migrations des espèces

Ce vendredi 11 mai dernier en matinée a eu lieu notre toute dernière visite de groupe dans Chroniques d’une disparition! Nous avions un groupe de 5e secondaire et, comme toujours, quelques commentaires d’élèves nous ont fait voir l’exposition — que nous
Lire la suite

Entrevue avec Emmanuelle Léonard: réflexions sur le projet éducatif Par les yeux du surveillant

Myriam Daguzan Bernier: En tant qu’artiste, comment approche-t-on une invitation à créer un projet éducatif comme celui proposé par DHC/ART Éducation? Est-ce complémentaire à la création ou est-ce une tout autre démarche? Emmanuelle Léonard: Il faut d’abord
Lire la suite

Dernier atelier: Par les yeux du surveillant

Ce matin, nous avons animé le tout dernier atelier Par les yeux du surveillant créé par Emmanuelle Léonard. Ce fut un plaisir! Les vidéos de surveillance ont inspiré à nos participants des scénarios tout à fait originaux: certains ont remarqué en particulier les
Lire la suite
Catalogues
Audios reliés

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs obligatoires