EN

Journées de la culture 2020 – Atelier de création Un imaginaire commun

26
sept. 2020
au
24
oct. 2020
Admission
Entrée libre
Date et heure
Du samedi 26 septembre 2020 au samedi 24 octobre 2020 de 13h à 17h
À propos

Atelier offert les samedis:
26 septembre 2020, de 13h à 17h
3, 10, 17 et 24 octobre 2020, de 13h à 17h
» Réserver un atelier

Durée de l’activité: 1 heure

Il est souvent difficile d’établir la provenance des chansons apprises lorsque nous étions enfants. Comment sont-elles arrivées jusqu’à nous, et qu’ont-elles à nous dire sur nous? Ces questions sont centrales à l’atelier de création Un imaginaire commun, présenté en marge de l’exposition RELATIONS: la diaspora et la peinture. Pendant celui-ci, la salle éducative de la Fondation PHI accueillera une installation participative de l’artiste montréalaise Michaëlle Sergile 

Tout d’abord, nous vous invitons à collaborer à la constitution d’une bibliothèque de comptines en transcrivant les paroles d’une chanson à la main pour nous les confier. Ces chansons deviendront le matériau principal de l’atelier de création. À partir d’une technique de filage de papier communément appelé shifu, les feuilles contenant les paroles des comptines seront découpées pour servir à la fabrication de fils. Le public pourra ainsi se familiariser avec une façon de transformer la fibre du papier et comprendre les bases du tissage.  

Le fil produit en atelier sera ensuite utilisé pour compléter l’installation de Sergile, dans laquelle elle interviendra de manière ponctuelle. En redonnant une matérialité à une série de textes largement transmis à l’oral, et en permettant une série infinie de maillages, Un imaginaire commun nous invitera à reconsidérer les manières par lesquelles les comptines informent notre identité personnelle et collective.

Photos: Daniel Fiset

Événement Facebook

Biographie

Michaëlle Sergile est artiste et commissaire indépendante. Elle poursuit actuellement une maîtrise en Fibres et textiles à l’Université Concordia. Faisant principalement usage de textes et de livres de la période postcoloniale (de 1950 à aujourd’hui), le travail artistique de Michaëlle Sergile a pour vocation de comprendre et de réécrire l’histoire des communautés noires, et plus précisément celle des femmes, par le tissage. L’artiste utilise le lexique du tissage, un médium souvent perçu comme de l’artisanat et catégorisé comme féminin, pour réfléchir aux rapports de domination de genre et d’ethnie.

Michaëlle Sergile a exposé à la galerie ArtHelix à New York et à la Miami Art Fair, en plus de participer à plusieurs expositions collectives à Montréal, notamment à la Place des arts, à la galerie Art Mûr ainsi qu’au Conseil des arts de Montréal. Elle a également reçu plusieurs prix et bourses au cours de ses études. Elle est actuellement chargée de projet et commissaire pour la plateforme Nigra Iuventa, où elle a servi comme co-commissaire de la première exposition créée par et pour des femmes noires au Québec, laquelle réunissait plusieurs artistes d’ici et d’ailleurs. En février 2020, elle a été co-commissaire de Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, une exposition en trois étapes inspirée de l’autobiographie de l’auteure américaine Maya Angelou.

Exposition reliée

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs obligatoires