EN

Bring Down The Walls: Justice!

7
mars 2020
Admission
Entrée libre
Date et heure
Samedi 7 mars 2020 de 13h à 18h
À propos

Dans le cadre de l’exposition Phil Collins, la Fondation Phi pour l’art contemporain présente une série de quatre événements au cœur de l’installation artistique Bring Down The Walls. Le public est convié à des Jours d’école où des invité.e.s animeront des conférences et des ateliers sur l’abolition des prisons qui seront suivis de Soirées DJ activées par des collectifs de musique montréalais et internationaux.

Notre quatrième Jour d’école portera sur les concepts de justice transformatrice et réparatrice, ainsi que la judiciarisation systémique des personnes autochtones au Canada. Certaines de nos invitées partageront leurs expériences en tant que participantes de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec et de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Programme
13h – Introduction
13h15 – Nakuset
14h30 – Cheryl McDonald
15h30 – Pause
16h – Ryan Beardy
17h15 – Discussion collective

Soirée DJ
En soirée, la Fondation Phi se transformera en une boîte de nuit, prise en charge par des collectifs et des groupes invités dont les activités favorisent l’esprit d’engagement social de Bring Down The Walls
.

À propos de Bring Down The Walls
Organisé en mai 2018 à New York par l’artiste Phil Collins, Creative Time, The Fortune Society et plus de 100 collaborateurs, Bring Down The Walls est un projet d’art public en trois parties qui a jeté un éclairage original sur l’industrie carcérale au moyen de la musique house et de la vie nocturne.

Bring Down The Walls est à l’origine un projet d’art public qui consistait en une aire commune qui servait d’école ouverte le jour et de boîte de nuit le soir, ainsi qu’en un album-bénéfice réunissant des classiques de la musique house réenregistrés par des chanteurs et musiciens électroniques ayant été détenus. Dans le cadre de l’exposition à la Fondation, Collins propose Bring Down The Walls (2019), une version installative du projet spécialement conçue pour Montréal et l’espace situé au 465 de la rue Saint-Jean, ainsi qu’un programme public qui s’appuiera sur les discussions et les liens issus de New York.

Événement Facebook

Biographies

Nakuset
Nakuset, la directrice générale du Foyer pour femmes autochtones de Montréal, est une Crie de Lac la Ronge, en Saskatchewan. Elle a trois jolis garçons: Kistin, Mahkisis et Mahihkan. Enfant adoptée d’une famille juive de Montréal, elle puise dans cette expérience sa détermination à défendre les enfants amérindiens pris en charge. Nakuset a créé, produit et présenté la série télévisée Indigenous Power. Elle a été votée «Femme de l’année 2014» par le Conseil des femmes de Montréal, et est la chroniqueuse autochtone de l’émission CityLife, sur MAtv. Elle est également apparue sur Real Talk on Race, la série primée de CBC. En 2017, elle a été sélectionnée par la tournée CKX City Series, comme conférencière et «provocatrice de changements», pour ses efforts de transformation du statu quo des femmes amérindiennes urbaines. En novembre 2017, elle a été l’une des conférencières a TEDxMontrealWomen. En 2018, Nakuset a témoigné pendant trois jours à la commission Viens, une enquête publique sur la discrimination à l’endroit des personnes autochtones au Québec, ainsi qu’aux audiences de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées de juin 2018, à Calgary. En février 2019, elle a été conférencière pour la Journée Unis de Montréal. Elle est récemment apparue dans l’entrevue «End of the 2010s», présentée par Global News, pour discuter de son travail des dix dernières années auprès de la communauté autochtone urbaine. Nakuset est honorée d’avoir pu diriger le projet du square Cabot dès son tout début, et d’avoir cofondé Resilience Montreal. Elle se dédie à améliorer la vie des populations autochtones urbaines.

Cheryl McDonald
Cheryl McDonald a témoigné aux audiences de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (FFADA) de Montréal, le 12 mars 2018. La grand-mère Kanesatake-Akwesasne Mohawk a témoigné publiquement sur la disparition et la mort de sa sœur Carleen, en 1988 à Akwesasne. Cheryl y a raconté le traumatisme multigénérationnel subi à travers les années, ainsi que les répercussions spirituelles, émotionnelles, physiques et mentales qu’entraîne la perte violente d’une sœur. En écrivant et en s’exprimant sur son processus de guérison, elle est devenue la voix de ceux qui traversent le deuil dans le silence. Au cours des trois dernières années, Cheryl a confectionné une robe cérémonielle rouge, et s’est mise à la danse traditionnelle pour honorer sa sœur et toutes les autres sœurs, familles et survivantes FFADA. Après avoir dansé en robe et tenue traditionnelles iroquoises, Cheryl a pris part à de nombreux rassemblements et cérémonies de guérison, où elle a trouvé la paix, la force et la puissance d’exposer sa vérité personnelle et de partager sa sagesse avec les autres. Plus que tout, Cheryl désire insuffler de l’espoir aux autres et se faire la voix rassurante qui les aide et les soutient dans la découverte de leur propre pouvoir et dans l’atteinte du bien-être. «Nous, le peuple amérindien, devons incarner le changement que nous souhaitons voir dans le monde. Pour y arriver, nous devons nous pardonner, et transformer notre façon d’interagir avec les autres. La guérison est fondamentale».

Exposition reliée

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs obligatoires