EN

Briser l’impact sur la mémoire – Programmation vidéo en ligne

19
mai 2021
au
26
mai 2021
Admission
Entrée gratuite
Date et heure
Du mercredi 19 mai 2021 au mercredi 26 mai 2021
À propos

Projection sur notre page d’accueil: fondation-phi.org
Du 19 mai à 19h au 26 mai à minuit HAE

La Fondation PHI présente Briser l’impact sur la mémoire, une programmation vidéo en ligne en marge de l’exposition Lee Bae: UNION. 

À travers des processus de réimagination, préservation et transformation, la mémoire nous permet de narrer une réalité ou une mémoire fictive, de se pencher sur le passé, l'appartenance et la mort. Ce programme vidéo explore la mémoire de ce qui rend notre existence tangible, et considère comment le corps et la nature expérimentent, mesurent et traduisent l’impact du changement. Ce programme inclut des vidéos de Patricia Domínguez, Jean-Jacques Martinod, Lynne Sachs et Barbara Hammer.

Une balado en conversation avec Patricia Domínguez, Jean-Jacques Martinod et Lynne Sachs a été lancée en complément à la programmation vidéo en ligne.

La Bala de Sandoval (Jean-Jacques Martinod, 2019, 17 min 10 sec, espagnol, sous-titres anglais)
A Month of Single Frames (Lynne Sachs et Barbara Hammer, 2019, 14 min, anglais)
La balada de las sirenas secas (The Ballad of the Dry Mermaids) (Patricia Domínguez, 2020, 31 min 39 sec, espagnol, sous-titres anglais)

La balada de las sirenas secas (The Ballad of the Dry Mermaids) de Patricia Domínguez est une commission de TBA21 pour st_age.

Organisée par Victoria Carrasco, Fondation PHI pour l’art contemporain

Les vidéos seront présentées dans leur langue originale.

Événement Facebook

Synopsis

A Month of Single Frames
Lynne Sachs et Barbara Hammer, 2019
En 1998, la cinéaste Barbara Hammer a effectué une résidence d’artiste dans une cabane sans eau courante ni électricité. Pendant ce séjour, elle a tourné des films, enregistré des sons et tenu un journal. En 2018, Barbara a entamé son propre processus de mort en revisitant ses archives personnelles. Elle a donné toutes ses images, sons et écrits de la résidence à la cinéaste Lynne Sachs et l’a invitée à réaliser un film avec ce matériel. À travers sa propre réalisation, Lynne explore l’expérience de la solitude de Barbara. Elle place le texte sur l’écran comme une confrontation avec un cinéma somatique qui nous rassemble tous dans des espaces et des temps multiples.

La Bala de Sandoval
Jean-Jacques Martinod, 2019
Isidro serpente dans la forêt tropicale tandis que son frère et lui se souviennent des fois où il s’est retrouvé face à face avec la mort elle-même.

La balada de las sirenas secas (The Ballad of the Dry Mermaids)
Patricia Domínguez, 2020
Pour La balada de las sirenas secas (The Ballad of the Dry Mermaids), Patricia Domínguez a collaboré avec Las Viudas del Agua, un groupe de défenseurs de l’eau, d’éducateurs et d’herboristes qui consacrent leur vie à la lutte pour la libération des ressources en eau au sein de leurs communautés à Petorca, au Chili. The Ballad of the Dry Mermaids examine les flux complexes de l'eau en termes de possibilités de pleurer, d'actualiser la mémoire à l’ère numérique et de créer des mythes de résistance multi-espèces dans le système capitaliste.

Biographies

Victoria Carrasco
Née à Montréal, Victoria Carrasco est une commissaire canadienne et chilienne. Elle occupe actuellement le poste de commissaire adjointe aux programmes publics et gestion des galeries à la Fondation PHI pour l’art contemporain. Elle est détentrice d’une maîtrise de l’Institute for Curatorial Practice in Performance de l’Université Wesleyan; d’un baccalauréat en design de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et d’un baccalauréat en beaux-arts avec concentration en photographie de l’Université Concordia. Elle est récipiendaire du 2019 ICPP Leadership Fellowship de l’Université Wesleyan, financé par la Fondation Ford.

Sa recherche examine les limites de l’art public comme performance dans un contexte utopique par les notions de l’espace, du médium et de legs. Sa pratique commissariale s’étend de la gestion de la galerie, par laquelle elle questionne les processus et promouvoit l’égalité dans les structures de ces environnements, tout en étudiant l’expérience du visiteur dans un contexte de médiation, de discussion et de transmission de connaissances - au développement de collaborations et de relations pour la programmation de performances et d’événements.

Patricia Domínguez
Alliant recherche expérimentale sur l’ethnobotanique, pratiques de guérison et corporatisation du bien-être, le travail de Patricia Domínguez (née en 1984, Santiago, Chili) traite de la manière dont le néo-libéralisme perpétue les pratiques coloniales d’extraction et d’exploitation. 

Parmi ses récentes expositions, mentionnons Madre Drone, CentroCentro, Madrid, et Cosmic Tears, Yeh Art Gallery, New York (toutes deux en 2020); Green Irises, Gasworks, Londres (2019); Llanto Cósmico, Twin Gallery, Madrid (2018); Eres un Princeso, Pizzuti Collection, Columbus, Ohio; Los ojos serán lo último en pixelarse, Galería Patricia Ready, Santiago; et Focus Latinoamérica, ARCOMadrid, Madrid (toutes en 2016). Sa participation à des expositions collectives comprend la Biennale de Gwangju, Corée; Transmediale, Berlin (toutes deux en 2021); MOMENTA | Biennale de l’image, Montréal; The trouble is staying, Meet Factory, Prague (toutes deux en 2019); What is going to happen is not ‘the future’, but what we are going to do, ARCOMadrid; Working for the Future Past, SEMA, Séoul (toutes deux en 2018).  

Elle était récemment lauréate du prix SIMETRIA permettant de participer à une résidence au CERN, Suisse (2021), entre autres. Ses œuvres ont paru dans des ouvrages comme Younger than Jesus: Artist Directory (New Museum/Phaidon Press, 2009); Health (MIT Press/Whitechapel, Documents of Contemporary Art, 2020) ; Technics Improvised: Activating Touch in Global Media Art (University of Minnesota Press) et Contemporary Art and Climate Change (série World of Art de Thames & Hudson's) (tous deux de 2021). Elle détient une maîtrise en Studio Art du Hunter College, New York (2013) et un certificat en Botanical Art & Illustration du Jardin botanique de New York (2011). Elle dirige présentement la plateforme ethnobotanique Studio Vegetalista.

Jean-Jacques Martinod
Jean-Jacques Martinod est un cinéaste et artiste multimédia équatorien-américain, originaire de la ville de Guayaquil. Ses œuvres oscillent entre les modalités de cinémas hybrides en faisant appel à des méthodologies expérimentant des éléments archivistiques, la pellicule Celluloïd, la bande analogique, les médias numériques, les opérations synesthésiques, les mythologies personnelles et les récits de voyage, dans des bifurcations se démarquant parmi les ramifications des susmentionnés. Son travail a fait l’objet d’expositions à la Cinemateca Nacional del Ecuador Ulises Estrella, au Los Angeles Center for Digital Arts, au Museum of the Moving Image à New York, et dans des festivals tels que FIDMarseille, International Film Festival Rotterdam, Images Festival, Alchemy Film & Moving Image Festival, European Media Arts Festival, Les Inattendus festival de films (très) indépendants, Sheffield Doc/Fest, ULTRACinema Experimental Festival de Cine Experimental y Found Footage, entre autres, de même que dans des galeries, des centres culturels et des projections clandestines. Il est également co-fondateur de EVIDENCE, un projet de microédition qui diffuse de la poésie radicale, des arts visuels, de la photographie et également des œuvres para-essayistes dans le monde du cinéma d’avant-garde. Il détient une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia à Montréal où il été membre du Global Emergent Media Lab, de Fabrique-mondes et du Centre for Expanded Poetics.

Lynne Sachs
Entre 1994 et 2006, Lynne a réalisé cinq films-essais qui l’ont conduite au Vietnam, en Bosnie, en Israël, en Italie et en Allemagne, des sites touchés par des guerres internationales, où elle a observé l’espace entre la mémoire collective d’une communauté et ses propres perceptions subjectives. Témoignant du monde à travers un prisme féministe, elle exprime une forme d’intimité par sa manière d’utiliser la caméra. Par la réalisation de Your Day is My Night (2013) et The Washing Society (2018), elle a élargi sa pratique pour y inclure la performance en direct. En date du 2020, sa production s’élève à 37 films. Le Festival international du cinéma indépendant de Buenos Aires, le Festival International Nuevo Cine à La Havane, le Festival de films de femmes en Chine et le Sheffield Doc/Fest lui ont tous consacré des rétrospectives. En 2014, elle a reçu le Guggenheim Fellowship in the Creative Arts. Tender Buttons Press a publié son premier livre, Year by Year Poems, en 2019. À l’occasion de la sortie en salle virtuelle de son dernier long métrage en 2021, Film About a Father Who, un portrait kaléidoscopique du père fort lunatique de l’artiste, le Museum of the Moving Image a présenté une vue d’ensemble de toute la carrière de Lynne. Elle vit à Brooklyn avec son époux, le cinéaste Mark Street. Ils ont deux filles, Maya et Noa Street-Sachs. lynnesachs.com

Jean-Jacques Martinod
La Bala de Sandoval, 2019
17 min 10 sec
Espagnol, sous-titres anglais
Extrait de production

Images
Exposition reliée

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs obligatoires