Dissections

Valérie Belin/Richard Mosse

Centre Phi
407, rue Saint-Pierre
Espace D

21 janvier 2015 - 18h00

À propos

Dissections est le titre d’une série de tables-rondes offerte dans le programme d’événements publics de DHC/ART qui est conçu pour favoriser un débat interdisciplinaire sur l’art contemporain.

Les conférenciers choisis pour cet événement Dissections présenteront des concepts, des thèmes et approches inspirés des expositions Valérie Belin: Surface Tension et Richard Mosse: The Enclave, que l’on peut voir présentement à DHC/ART. Après les exposés, le public sera invité à prendre part à une discussion.

Conférenciers:
jake moore, artiste, commissaire et agente culturelle
Audrey Laurin, doctorante en histoire de l’art, concentration en études féministes, Université du Québec à Montréal
Donald McWilliams, cinéaste documentaire

Cet événement sera présenté en français et en anglais.

Entrée libre

Biographies

jake moore est artiste, commissaire d’exposition et agente culturelle. Elle détient un baccalauréat et une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia. Ses oeuvres ont fait l’objet de plusieurs expositions au Québec et au Canada dans les galeries Parisian Laundry, FOFA et Optica, à Montréal; AXENÉO7, à Gatineau; Walter Phillips Gallery, à Banff; et dans divers lieux à Winnipeg. jake moore a également été directrice de la Galerie FOFA de l’Université Concordia pendant près de 6 ans. Elle estime que le travail qu’elle fait en tant qu’éducateur, animateur social et administrateur des arts de faire partie d’une pratique créative hybride qui fait l’amalgame entre le travail et l’engagement du public avec les pratiques réflexives et non-verbales du faire.

Audrey Laurin est doctorante en histoire de l’art avec concentration en études féministes à l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse se concentre sur les discours critiques, éthiques et esthétiques développés autour d’œuvres qui interrogent les représentations de la beauté féminine produites par des femmes artistes depuis 1990. Plus particulièrement, elle s’intéresse à la façon dont ce type de représentation appelle à un engagement de la part du spectateur et met à mal la réception critique traditionnelle s’appuyant sur l’idée de distance esthétique pour juger des œuvres. Elle a publié «Le génie au féminin: Le personnage public de Tracey Emin et la critique d’art» dans l’ouvrage collectif Loin des yeux près du corps: Entre théorie et création dirigée par Thérèse St-Gelais en 2012, ainsi que «La valeur sentimentale de l’art» paru en 2011 dans la revue esse. »

Donald McWilliams est un cinéaste documentaire qui a également travaillé en animation. Ses films comprennent Impressions of China (1973), Creative Process: Norman McLaren (1990) et The Passerby (1995), pour lequel il a remporté le prix du Meilleur documentaire culturel au festival Hot Docs de 1997. En 1999, McWilliams a reçu une nomination pour un Oscar en tant que producteur et éditeur de Sunrise over Tiananmen Square. En 2009, il a réalisé, édité et narré A Time There Was: Stories from the Last Days of Kenya Colony, un documentaire autobiographique qui revisite la Rébellion Mau Mau des années 1950 par la participation de McWilliams, alors un jeune soldat britannique, dans ce conflit.