FR

Ryoji Ikeda et le sublime

Date and time
Saturday, July 7, 2012

Ryoji Ikeda et le sublime

Le terme le plus utilisé pour parler de l’exposition de Ryoji Ikeda est certainement «sublime». Et qu’est-ce que le sublime? On pense d’abord à quelque chose de pur, qui élève vers un niveau supérieur. L’idée n’est pas sans évoquer une forme de spiritualité, et même de transcendance.

En effet, le visiteur est pénétré de ces données infinies qui lui ouvrent la porte sur un monde à la fois infiniment petit et infiniment grand. Il ressent un peu de vertige à observer tout ce qui se trame sur les écrans ou sur les toiles. Les œuvres peuvent aussi paraître hermétiques, difficiles d’approche. Selon l’artiste, il faut se laisser porter, simplement, par ce qu’elles font ressentir.

Il y a un côté esthétique important dans le travail de Ryoji Ikeda, c’est un point réellement frappant: une élégance des dispositifs, un raffinement des formes et des lignes. On pénètre dans les espaces sombres à tâtons, on est attiré vers ces écrans lumineux qui nous happent. Lumière associée au savoir, à la connaissance: les œuvres nous le rappellent d’autant plus fortement qu’elles sont emplies de références très pointues à l’intellect tout comme au fonctionnement des données qui constituent notre univers contemporain.

On se sent à la fois géant et minuscule. Notre rapport au monde est transformé, remis en question. Il s’agit réellement d’une expérimentation du sensible et du beau. Et même si l’appel à l’intellectualisation se fait sentir, mieux vaut l’écarter, en quelque sorte, et se laisser absorber par les émotions, bien senties, bien réelles, qui nous prennent devant cette expérience véritablement sublime. Sublimation de la matière, voire de la notion du soi face à l’univers du tangible. On en sort comme ébloui, pas certain d’avoir tout saisi, d’avoir tout capté, mais comme hypnotisé par ce qu’on y a vu et ressenti…

Myriam Daguzan Bernier

Photo: Myriam Daguzan Bernier

Related Articles

Entrevue avec John Zeppetelli sur l’exposition Ryoji Ikeda

Depuis combien de temps vous intéressez-vous au travail de Ryoji Ikeda? Ce doit faire environ 10 ans que j’ai vu Ikeda pour la première fois à Montréal, à l’Usine C. C’était le spectacle «formula». Il est revenu plusieurs fois dans la ville dans le cadre d’Elektra et je
Read More

When You’re Not Scared Anymore, It’s Time to Quit: Reflections on Courage and Fear

In an inspiring audio clip produced by SFMOMA, we can hear Robert Rauschenberg, reflecting on his White Paintings, describe the courage built into their uniqueness and individuality, as well how this collection of work continued to scare him for some time after their
Read More

Concept migratoire: immersion

Merci aux étudiants en performance (Intermedia/Cyberarts) de l’Université Concordia et à leur professeur Monique Moumblow pour les idées et impressions inspirantes échangées lors de la visite, dont certaines sont retranscrites en italique ci-bas, de mémoire, en
Read More

A New Yorker, a Former DJ, an Artist, an Architect and a Caterer

Put a New Yorker, a former DJ, an artist, an architect and a caterer together for a creative experience, and the results are sure to be fascinating! This is what happened on Saturday, September 29th for the Journées de la Culture Open House at DHC/ART. We began by following Alexandre
Read More
Related Exhibitions

Subscribe to our newsletter

* Required Fields