FR

Ici, je me sens comme un insecte attiré par la lumière: quelques paroles remémorées d’une visite avec le CAP: Centre d’Apprentissage Parallèle

Date and time
Thursday, September 27, 2012

Ici, je me sens comme un insecte attiré par la lumière: quelques paroles remémorées d’une visite avec le CAP: Centre d’Apprentissage Parallèle

Récemment, j’ai eu la chance d’animer une visite dans l’exposition Ryoji Ikeda avec des participants du CAP: Centre d’Apprentissage Parallèle. Par la suite, je me suis remémoré avec plaisir certaines de leurs magnifiques paroles échangées lors de l’activité, paroles qui ont nourri mes propres réflexions, que j’ai entremêlées aux leurs. Je les retranscris ci-bas, le plus fidèlement possible:

Devant l’oeuvre The irrational (ø) [no 1-a], 2012:

À distance, devant le carré gris, j’avais l’impression que l’objet était très lourd et très solide, comme de la pierre, alors qu’en approchant ça change tout d’un coup, et à savoir ensuite que c’est du papier imprimé très fragile, ça devient soudainement autre chose: au lieu d’un objet dur, lourd et solide, ça devient léger et fragile.

Je ne vois pas les chiffres, mes yeux ne me le permettent pas, mais je fais du tissage… et ce que je vois, au lieu des chiffres, c’est la texture du papier qui ressemble à une trame de tissu.

Devant la série Systematics, 2012 :Ça ressemble pour moi à une ville la nuit, avec les lumières qui scintillent, on voit la ville en vue aérienne. Ici, est évoqué l’infiniment grand qui devient infiniment petit, la ville immense et gigantesque à l’intérieur de laquelle on déambule devient miniature tout à coup lorsqu’on adopte le point de vue d’un oiseau qui la surplombe.

Ici, je me sens comme un insecte attiré par la lumière. 

Non seulement les oeuvres expriment la beauté, mais l’artiste nous rend beaux, nous les visiteurs, en nous faisant bouger de cette façon autour et dans les oeuvres.

Un grand merci aux participants du CAP: Centre d’Apprentissage Parallèle!

Marie-Hélène Lemaire
DHC/ART Éducation

Photos: Richard-Max Tremblay

Related Articles

Diasporic Identities: A Poetics of Relation and Dispersion

By Marie-Hélène Lemaire RELATIONS: Movements is a tool designed by the PHI Foundation's Departement of Education to encourage visitors to develop and elaborate on some key concepts of the exhibition RELATIONS: Diaspora and Painting. The exhibition RELATIONS:
Read More

De nos archives: sur notre approche éducative

La Fondation PHI présente une sélection de ses contenus favoris tirés de ses archives. Sélection par Marie-Hélène Lemaire, responsable de l'éducation à la Fondation PHI. La pédagogie à l’art basée sur le mouvement Chaque année, l’équipe de
Read More

De nos archives: la communauté artistique locale

La Fondation PHI présente une sélection de ses contenus favoris tirés de ses archives. Sélection par Daniel Fiset, Tanha Gomes et Marie-Hélène Lemaire, membres de l'équipe de l'éducation de la Fondation PHI. Ces huit capsules ont été
Read More

«J’ai mes yeux qui lancent des formes»

«J’ai mes yeux qui lancent des formes» – Augustin Béland Nos Portes ouvertes familles du 26 janvier dernier ont offert aux visiteurs de tous âges l’occasion de participer à l’atelier de création Une danse de symboles conçu par le duo d’artistes Leisure,
Read More
Related Exhibitions

Subscribe to our newsletter

* Required Fields