FR

Concept migratoire: immersion

Date and time
Saturday, October 6, 2012

Concept migratoire: immersion

Merci aux étudiants en performance (Intermedia/Cyberarts) de l’Université Concordia et à leur professeur Monique Moumblow pour les idées et impressions inspirantes échangées lors de la visite, dont certaines sont retranscrites en italique ci-bas, de mémoire, en dialogue avec les miennes. Merci également à Éric Bergevin et à ses jeunes participants du camp photo Entre quatre yeux pour la superbe photo.

Nous sommes à l’intérieur de l’installation Data.tron [advanced version 2] et Data.matrix [no. 1-10] de Ryoji Ikeda:

«Quelque chose se passe du point de vue de la persistance rétinienne, si on cligne des yeux dans l’installation, on voit, très furtivement, le spectre de couleurs qui se trouve dans la lumière blanche. Il y a quelque chose de stroboscopique dans l’effet.»

«Ce qui importe beaucoup plus pour Ikeda, c’est la perception sensuelle et sensorielle que nous avons des données plutôt que la signification de ces données.»

«Concernant ‘le sens’ des données versus ‘les sens’ engagés par ces données, on dirait qu’on n’est pas dans le détail de ce que chaque donnée veut dire, on est plutôt dans une impression générale et diffuse d’être baigné dans une infinité de données.»

«Quand on se déplace dans l’espace d’installation, à certains endroits on perçoit telle fréquence sonore ou telle tonalité, qu’on ne percevrait pas ailleurs, et en bougeant encore — on peut s’accroupir ou se coucher par terre — on entend d’une autre façon. Ikeda nous fait réaliser qu’on écoute avec tout notre corps.»

Dans les installations immersives de Ryoji Ikeda, les ondes sonores et lumineuses sont perceptibles, non pas seulement via les oreilles et les yeux, mais bien via tout le corps : certaines nous frappent soudainement et durement dans les viscères, d’autres font légèrement frémir le duvet à la surface de notre peau, d’autres encore deviennent des courants électriques qui font vibrer les os de notre boîte crânienne, pour remonter jusqu’à l’œil ; pour Ikeda, le corps entier est une caisse de résonance.

Bien que les multiples projections visuelles et lumineuses qui composent l’installation contribuent indéniablement au caractère immersif de l’œuvre — les corps et leurs silhouettes y circulent, s’y fondent et y créent de l’interférence —, la forte dimension sonore de l’oeuvre est l’un des éléments majeurs du sentiment d’immersion.

Théoricienne du son, des nouveaux médias et de la culture, Frances Dyson affirme:

“… sound is the immersive medium par excellence. Three-dimensional, interactive, and synesthetic, perceived in the here and now of an embodied space, sound returns to the listener the very same qualities that media mediates: that feeling of being here now, of experiencing oneself as engulfed, enveloped, absorbed, enmeshed, in short, immersed in an environment. Sound surrounds. Its phenomenal characteristics — the fact that it is invisible, intangible, ephemeral, and vibrational — coordinate with the physiology of the ears, to create a perceptual experience profoundly different from the dominant sense of sight (…)” (2009, p. 4)

F. Dyson (2009). Sounding new media. Immersion and Embodiment in the Arts and Culture. Berkeley/Los Angeles/London: University of California Press.

Marie-Hélène Lemaire
DHC/ART Éducation

Photo: Éric Bergevin

Related Articles

From the Vault: Dissections and Public Programming Favourites

The PHI Foundation presents a selection of its favourite content from its archives. Selection by Tanha Gomes, educator and project manager at the PHI Foundation. Through exhibitions and public programming, the PHI Foundation promotes appreciation and
Read More

De nos archives: sur notre approche éducative

La Fondation PHI présente une sélection de ses contenus favoris tirés de ses archives. Sélection par Marie-Hélène Lemaire, responsable de l'éducation à la Fondation PHI. La pédagogie à l’art basée sur le mouvement Chaque année, l’équipe de
Read More

De nos archives: la communauté artistique locale

La Fondation PHI présente une sélection de ses contenus favoris tirés de ses archives. Sélection par Daniel Fiset, Tanha Gomes et Marie-Hélène Lemaire, membres de l'équipe de l'éducation de la Fondation PHI. Ces huit capsules ont été
Read More

«J’ai mes yeux qui lancent des formes»

«J’ai mes yeux qui lancent des formes» – Augustin Béland Nos Portes ouvertes familles du 26 janvier dernier ont offert aux visiteurs de tous âges l’occasion de participer à l’atelier de création Une danse de symboles conçu par le duo d’artistes Leisure,
Read More
Related Exhibitions

Subscribe to our newsletter

* Required Fields